Le cervelet, la proprioception et le TDAH

Le TDAH affecte 5% à 10% des enfants d’âge scolaire et 4,4% des adultes. Les caractéristiques cliniques comprennent l’inattention, l’hyperactivité motrice et l’impulsivité.

 

Les anomalies structurelles du cervelet comptent parmi les caractéristiques du TDAH les plus régulièrement signalées, notamment la réduction du volume global, en particulier dans le vermis cérébral.

 

36 enfants atteints de TDAH et 36 autres sans ont été étudiés dans le cadre de ce cette étude.

 

Les sujets atteints de TDAH avaient des volumes beaucoup plus petits du vermis supérieur et du vermis en général.

 

Il s’agit de la première étude d’imagerie structurelle du TDAH à délimiter le développement de chaque lobe des hémisphères cérébelleux à l’aide de données longitudinales et d’une mesure régionale volumétrique du vermis cérébelleux.

 

Quand on considère que le vermis cérébelleux est impliqué avec les noyaux vestibulaires, se pourrait-il que des difficultés de développement dans les domaines de l’équilibre et de la proprioception puissent être impliqués?

 

Le vermis est également impliqué dans l’hypotonie. Pourrait-il y avoir un lien entre un faible tonus musculaire (mauvaise posture) et le TDAH?

 

N’oubliez pas que les apports des propriocepteurs musculaires se dirigent vers le vermis du cervelet. Est-il exagéré de penser que des déséquilibres musculaires peuvent être liés au TDAH?

 

En plus de son rôle dans le contrôle moteur, le cervelet contribue à un large éventail de processus cognitifs et affectifs.

 

Les études sur les lésions démontrent des rôles critiques pour le cervelet dans les tâches motrices et perceptuelles dans lesquelles les événements s’étendent sur plusieurs millisecondes, nécessitant ainsi un contrôle temporel exquis, dans l’orientation de l’attention spatiale, dans la mémoire de travail verbale, dans le traitement du langage et dans la régulation affective.

 

Dans cette étude, les participants atteints de TDAH appartenant au groupe présentant les résultats cliniques les plus défavorables ont présenté un volume cérébral total de moins en moins important au fil du temps.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17403979

 

La méta-analyse a confirmé des déficits modérés dans les fonctions exécutives du TDAH, susceptibles de représenter l’une des multiples voies possibles des symptômes cardinaux de la maladie.

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nineteen + fourteen =