Tenir debout: l’équation

On a beaucoup parlé ces dernières années de la notion d’un pendule inversé qui s’articulait sur la cheville, à savoir que les mollets contribuent à la position érigée.

 

Plus récemment, des ajustements à cette notion ont été proposés par Morasso, Cherif et Zenzeri.

 

Ils stipulent que la contribution de la hanche ne peut être passée sous silence. On parle alors d’un pendule inversé double!

 

La proposition des auteurs de cette étude récente :

 

« Nous proposons ici une alternative dans laquelle le contrôle de retour actif est appliqué de manière intermittente uniquement à l’articulation de la cheville, alors que l’articulation de la hanche est stabilisée par un mécanisme de raideur passive ».

 

Comme il a été stipulé, le modèle ancien (à pendule simple), pivotait autour de la cheville. Le jeu d’équilibre se jouait alors, dans le contexte de cette interprétation, entre la force de la gravité et les muscles postérieurs de la jambe, au niveau de la cheville.

 

Il faut maintenant entretenir l’idée d’un modèle où il y a coordination entre la cheville et la hanche.

 

 

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0213870

 

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eighteen − two =