La valeur des erreurs

Le prix à payer pour avoir raison… Il ne fait aucun doute qu’avoir raison peut donner plus de pouvoir. Cela dit, contribue-t-il réellement à notre croissance?

Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France (Paris), précise que le jeu, la concentration et le sommeil peuvent augmenter nos capacités d’apprentissage.

Il déclare que savoir apprendre réellement est essentiel pour optimiser le fonctionnement du cerveau en vue d’obtenir des résultats scolaires.

Si on peut être impressionné par l’intelligence artificielle, considérez qu’un bébé fonctionne 10 à 1000 fois plus rapidement que les réseaux artificiels réels, explique Dehaene.

Dans ses tout premiers mois, un bébé formule des hypothèses sur la base d’observations issues de ce qu’il fait de son environnement.

Un bébé expérimente constamment. Prenez, par exemple, quand il laisse tomber une cuillère de sa chaise, pour la dixième fois. Si certains pensent qu’il met à l’épreuve la patience de ses parents, d’autres peuvent penser qu’il apprend la loi de la gravité.

Sur la base de l’observation des bébés, nous pouvons affirmer que l’apprentissage repose sur quatre piliers. Le premier pilier est l’attention. L’attention amplifie les informations afin qu’elles puissent être mémorisées, par exemple.

Le deuxième pilier est l’engagement actif. L’enfant doit constamment générer de nouvelles hypothèses. En tant qu’enseignant, par exemple, vous créez un engagement actif en posant des questions aux élèves. Les élèves qui participent activement à l’apprentissage obtiennent de meilleurs résultats de 33%.

Le troisième pilier est la possibilité de revenir à une erreur. Cela signifie déjà que vous acceptez le fait même que vous avez commis une erreur. Faire une erreur est la condition réelle pour apprendre. Nous savons que les émotions positives nourrissent la curiosité et l’enthousiasme d’un enfant, tandis que les émotions négatives bloquent l’apprentissage. Cela étant dit, certains peuvent considérer les notes comme une mesure nécessaire, mais ce n’est pas le meilleur moyen de promouvoir l’apprentissage.

Le quatrième pilier est la consolidation. Ici, la répétition est nécessaire. Pour favoriser la mémorisation à long terme, nous devons revoir notre base de connaissances à intervalles réguliers. Le sommeil est la clé de la consolidation. Lorsque nous dormons, nos neurones rejouent vingt fois plus rapidement ce que nous avons appris au cours de la journée.

Vous y êtes donc… vous voulez être plus intelligent… attendez-vous à faire des erreurs!

https://www.letemps.ch/sciences/lerreur-condition-meme-lapprentissage

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × two =