Lire et comprendre

On lit pour comprendre. Ceci étant dit, pour comprendre, le décodage doit être maîtrisé. Pourquoi est-ce alors que certains peuvent comprendre, mais ont du mal à décoder quand c’est le décodage qui est important pour la compréhension?

Une étude récente a examiné les substrats neuronaux qui sous-tendent les écarts de lecture, définis comme la différence entre les compétences de compréhension en lecture et de décodage.

Les études de neuro-imagerie ont indiqué que la compréhension et le décodage de la lecture activaient les régions qui se chevauchaient. Pourtant, il y a des exceptions. Quand il s’agit de lecteurs discordants, il y a ceux qui ont un faible décodage, mais des compétences de compréhension relativement bonnes (dyslexie résiliente), et ceux qui ont de faibles compétences de compréhension mais un bon décodage relatif connu comme trouble spécifique de la compréhension.

Ce qui a été trouvé est qu’il y a un plus grand volume de matière grise dans les lecteurs résilients dans le cortex préfrontal dorsolatéral (DLPFC) de l’hémisphère gauche. Il est connu comme le « conducteur » du cerveau. Les chercheurs ont découvert que la densité des neurones dans le DLPFC était antérieure à la capacité de lecture mature et à la divergence prédite, indépendamment de leurs capacités de lecture initiales.

Ceci aide à comprendre les mécanismes cérébraux que les enfants utilisent pour bien faire malgré leur faiblesse relative dans le décodage.

Si une grande partie de ce qui est fait à l’école maternelle en termes de préparation à la lecture est axée sur l’apprentissage des lettres, par exemple, le Dr Patael affirme que, selon les recherches récentes, l’accent est mis sur le développement des fonctions exécutives.

Alors, la question est: comment pouvons-nous activer ces zones? Des activités telles que la cuisson de gâteaux, la lecture d’une chanson et des jeux de stratégie devraient aider. De plus, s’assurer que toutes les afférences au DLPFC sont optimales pourrait être intéressante, à mon avis. À cet égard, combiner la posturologie avec la neurologie fonctionnelle semble être un ajustement intelligent!

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0198791

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + eleven =