Les 5 sens?

On me demande parfois pourquoi une approche de motricité est plus ou moins connue de la plupart quand vient le temps d’optimiser la fonction humaine.

À la lumière de cette courte vidéo (https://www.youtube.com/watch?reload=9&reload=9&v=_IOMB0hjWIA&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2kswYvaWSlbucYsxA29B3CXebcqa-F5Zbd7lqRga7WCd2-dSXPzmxvXFI), on peut toujours bien commencer par blâmer Aristote ! C’est peut-être plus ou moins juste car cela fait quelques années qu’il n’est plus parmi nous pour se défendre… mais quand même !

Aristote était un philosophe grec de l’Antiquité. Il est l’un des penseurs les plus influents de tous les temps. Il a abordé des thématiques telle la biologie, la physique, la métaphysique, la logique, la poésie, la politique et la rhétorique.

Aristote parlait à l’époque de 5 sens :

  • L’ouïe ;
  • Le goût ;
  • L’odorat ;
  • La vision ;
  • Le toucher.

C’est tout vrai, mais c’est incomplet ! Et il est là le problème ! Si l’on veut optimiser la fonction humaine, l’on ne peut s’en tenir qu’à es 5 sens. C’est surtout que, les sens qui ont été « oubliés » par Aristote, sont au cœur de tous les autres.

On a souvent parlé du 6e sens comme étant ce sens très particulier, magique même. Au fait, c’est un neurophysiologue du nom de Sherrington qui en parla le premier. Ce 6e sens, c’est au fait la reconnaisse de soi, sans que d’autres sens interviennent. Ce sont les récepteurs musculaires, sensibles à l’étirement, qui nous permettent de savoir où l’on se situe dans le temps et dans l’espace.

Le 7e sens est le sens de l’équilibre. Il faut croire que, une fois que l’on se reconnaît, il est important de se stabiliser ! Un sens de l’équilibre bien aiguisé (le sens vestibulaire) nous permet, au fait, de bien exploiter les autres.

Le 8e sens est celui qui nous permet de ressentir de la douleur. Ça peut nous sembler plus ou moins intéressant comme fonction, à prime abord, mais la capacité de ressentir de la douleur nous permet de prendre des décisions favorables à notre survie !

Le 9e sens est celui de la thermorégulation, qui nous permet de ressentir la chaleur et le froid, afin de s’y adapter.

 

 

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

five × 3 =