L’équilibre avec un E majuscule

Les recherches récentes suggèrent une association entre la fonction vestibulaire et les symptômes psychiatriques et cognitifs, même lorsque l’équilibre n’est pas affecté de manière mesurable.

Plusieurs régions du cerveau sont impliquées dans les voies vestibulaires et les troubles psychiatriques.

Les recherches décrivent maintenant le système vestibulaire comme une fenêtre potentielle pour explorer la fonction cérébrale au-delà du maintien de l’équilibre et dans les domaines de la perception, de la cognition et de la conscience.

Les deux régions anatomiques clés qui établissent des liens entre le système vestibulaire et les réseaux de neurones impliqués dans le traitement cognitif et émotionnel sont les suivantes:

– Noyau para brachial;

– Hippocampe.

La relation entre le système vestibulaire et l’humeur, la cognition et les symptômes psychiatriques a suscité un intérêt croissant au cours de la dernière décennie, des études démontrant que la stimulation vestibulaire peut entraîner des changements de l’humeur, de la cognition et des symptômes psychiatriques.

Le système vestibulaire est vestigial (très ancien) et donc intimement intégré dans notre système nerveux central.

Le système vestibulaire est composé à la fois de substance blanche et de nerfs. Par conséquent, il est vulnérable à différents types d’insultes et / ou de signalisation cellulaire compromise.

Les signaux vestibulaires vont des noyaux vestibulaires aux noyaux du tronc cérébral, puis se projettent vers des structures sous corticales et des régions telles que le cervelet, le lobe occipital ainsi que plusieurs régions corticales, à la fois directement et indirectement.

En termes de régions du tronc cérébral, les noyaux de raphé ainsi que le locus coeruleus sont tous deux impliqués dans plusieurs affections psychiatriques et ont des connexions réciproques avec les noyaux vestibulaires.

Les noyaux du raphé reçoivent une projection des noyaux vestibulaires et envoient des projections sérotoninergiques et non sérotonergiques aux noyaux vestibulaires, ainsi que des collatérales axonales vers le noyau amygdaloïde central, suggérant une co-modulation de la voie vestibulaire avec des régions impliquées dans le contrôle affectif.

Plus que jamais, être équilibré veut dire… être équilibré.

 

0 replies

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

twenty − twelve =